Don Quichotte I de Miguel de Cervantès

couv71105087«En conséquence, l’esprit désormais perdu, il en arriva à la plus étrange pensée où tomba jamais fol au monde, qui fut qu’il lui parut convenable et nécessaire, tant pour l’accroissement de son honneur que pour le service de sa république, de se faire chevalier errant et de s’en aller de par le monde, avec ses armes et son cheval, pour chercher les aventures et s’exercer en tout ce qu’il avait lu que s’exerçaient les chevaliers errants, remédiant à toute espèce d’injures et s’exposant à des dangers et des périls propres à lui valoir, en y mettant fin, éternel renom et gloire.» Don Quichotte, I, 1.

L’année dernière, ce livre a été abordé de manière très brève pendant un cours mais ces quelques secondes m’ont donné envie de le découvrir. Miracle, il est au programme pour ce semestre, j’ai donc abordé ce livre de manière très enthousiaste… Et ça retombait petit à petit tellement ce livre a traîné.

En soi, Don Quichotte est un très bon roman. On se retrouve face à un homme en adoration face aux romans de chevalerie et qui veut à tout prix être chevalier errant. Malheureusement, il s’y prend plutôt mal, interprète mal le monde qui l’entoure, ce qui l’embarque dans des situations grotesques. Quand j’ai vu la taille du livre j’ai eu un peu peur de ce que j’allais trouver car j’avais peur que ce soit extrêmement long. Finalement, ce qui a été très long, c’est mon temps de lecture et pas la lecture en soi (eh oui, c’est mon côté flemmard qui parle).

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce roman c’est tout simplement Don Quichotte lui-même. Il interprète tout ce qu’il se passe comme si on était dans un de ses romans, il ne veut pas comprendre ce qu’il se passe réellement autour de lui. dis comme ça, on dirait un personnage insupportable mais pour ma part il m’a bien fait rire ! Et c’est aussi celui qui tient tout le roman. Je ne dis pas ça seulement parce que c’est un roman éponyme (sinon ce serait la remarque la plus inutile de ce blog) mais parce que dès qu’il n’y avait plus Don Quichotte, je m’ennuyais. Dès que je lisais un chapitre où il n’était pas là ça m’endormait et j’avais qu’une hâte c’était le retrouver (à une exception près mais je ne vous spoilerai pas donc vous ne le saurez pas sauf si vous le lisez :p).  En ce qui concerne le style, il est très abordable. Le livre se lit très bien, malgré certains passages un peu longs qui pourraient ajouter une petite difficulté. Hormis ça, l’écriture passe toute seule et il arrive même que l’on ne puisse plus décrocher !

Malheureusement ce livre a aussi de gros bémols, ce qui fait que ma longue lecture a parfois été très (trèèèès) pénible. Dans un premier temps, les divagations de l’auteur m’ont rendu folle ! Je n’ai rien contre raconter l’histoire de certains personnages mais avoir parfois plusieurs chapitres totalement hors de l’histoire je n’accroche pas. De plus, j’allais d’une extrémité à l’autre avec ce roman, ce qui est assez dérangeant. Autant je pouvais être totalement absorbée par ma lecture et je n’arrivais pas à décrocher, autant j’avais parfois l’impression de ne pas avancer (vous savez, vous lisez à peine 3 pages mais vous pensez en avoir lu 20 et quand vous vous rendez compte que ce n’est pas le cas vous avez juste envie de balancer le livre). Cette impression de longueur n’est pas allée en s’arrangeant puisque j’ai trimbalé ce livre presque un mois et il faut se le dire, au bout d’un moment on a juste envie d’abandonner et passer à autre chose. Cependant j’ai tenu bon et je ne regrette pas car ça a été une bonne découverte et je ne vais pas prendre la fuite devant la seconde partie qui me tend les bras pour mon prochain semestre.

Edition : Folio  – Collection : Classiques – Prix : 8€90 – Pages : 861 (633 de roman, 228 de dossier et notes)

Note : 13/20

Partagez !

Laisser un commentaire