Harry Potter et l’ordre du phénix

couv54158810Titre V.O : Harry Potter and the order of the phoenix

Edition :  Folio junior

Prix : 14€90

Pages : 1031

A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours..

Après la fin du quatrième tome, il est impossible de ne pas se ruer sur celui-ci ! Il est vraiment énorme mais n’étant pas affolée face à une belle brique de base, je me suis (re)plongée dedans les yeux fermés ! Une atmosphère plus oppressante, un fil conducteur qui commence vraiment à se mettre en place, ça ne vous donne pas envie vous ?

Une fois que l’on a lu Harry Potter et la coupe de feu, on s’attend à ce que le gros méchant vilain fasse des dégâts. Ça fera peut-être peur à certains que je dise ça mais il est plutôt en retrait. L’atmosphère pesante du livre ne tient pas à lui mais grâce au ministère. On veut cacher ce qu’il se passe, on ne veut pas y croire, on veut étouffer l’affaire, ce qui accentue la tension car tout peut se passer dans l’ombre. Le lecteur connaît la vérité mais rien ne filtre et ça engendre une réelle tension dans le livre. Que va-t-il se passer ? Cependant, un aussi gros roman a aussi le défaut de faire traîner en longueur certaines choses. J’ai parfois eu l’impression de tomber sur des passages à vide, où il ne se passait grand chose, et parfois il se passait quelque chose mais je trouvais que l’auteure prenait trop son temps pour nous raconter ce qui se passait, et le passage n’avais pas vraiment l’effet escompté.

Dans ce livre, le nouvel arrivant est Dolores Ombrage un personnage antipathique au possible, une véritable garce enveloppée de tweed (désolé mais il n’y a pas d’autres mots) et pourtant, sans elle dans le roman, ce serait tellement moins sympa. Elle attise la haine des autres et pour le lecteur, c’est vraiment drôle à observer, même si on a aussi envie de lui mettre une bonne grosse gifle. C’est une femme tellement étroite d’esprit, tellement niaise et à la botte de du ministre de la magie qu’il est impossible d’avoir de la compassion pour elle. A ses côté on a Fudge (le ministre cité précédemment) qui, lui, me donnait envie de m’arracher les cheveux (mais je ne l’ai pas fait, j’y tiens trop) ! C’est la véritable bête noir du roman, il est mou, passif et il m’a énervé à un point… Pour camoufler c’est le roi mais c’est justement pour en faire moins et c’est le plus agaçant du roman. De toute façon, depuis que je le vois passer dans les romans je ne peux pas le voir en peinture, comme ça, vous êtes prévenus !

L’ordre du phénix est un livre bien rempli, avec plein de personnages tous différents, de l’action et des réponses. Malgré quelques lenteurs c’est un très bon livre que j’ai adoré redécouvrir car toute cette diversité rend le livre très très complet et les 1031 pages sont entièrement justifiées. La fin m’arrache le cœur à chaque fois et je pleure comme une madeleine, mais il y a aussi des choses très révélatrice et on fait un pas vers une quête des plus addictive (pour le lecteur. Le pauvre Harry c’est moins drôle pour lui).

Note : 18/20

Relecture

Partagez !

Laisser un commentaire