La dernière pluie d’Antti Tuomainen

couv71982543Titre V.O : Parantaja

Edition : Pocket

Prix : 5€80

Pages : 251

Acheter sur Amazon

À Helsinki, les changements climatiques sont si violents que la plupart des habitants ont fui la ville. Tapani est resté chez lui. Deux jours avant Noël, sa femme Johanna, une journaliste de renom, disparaît. Tapani se lance dans une recherche frénétique. Il est persuadé que sa disparition n est pas étrangère à ses récentes recherches sur un serial killer aux motivations politiques surnommé « le Guérisseur ». Mais en fouillant dans le travail de sa femme, il découvre des secrets sur son passé qui la relient aux meurtres sur lesquels elle enquêtait… Tapani est prêt à tout pour retrouver l ‘amour de sa vie quels que soient les secrets de son passé.

Je me répète mais je ne le dirai jamais assez, merci aux éditions Pocket pour cet envoi ! J’ai eu la chance de pouvoir choisir quelques livres parmi leurs thrillers du mois d’octobre, celui-ci en faisait parti, et j’avais très hâte de pouvoir mettre le nez dedans. Le résumé m’a tout de suite intriguée et je n’avais jamais lu d’auteur finlandais, c’était l’occasion !

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, mais j’avoue avoir lu mieux. C’est bien mais sans plus. Je pensais avoir affaire à un thriller très rythmé et rapide, le nombre de pages ne laissant pas la place aux divagations, mais l’auteur a finalement choisi un rythme lent, ce qui m’a totalement déroutée. De plus, je m’attendais à un thriller assez classique et ça n’a pas du tout été le cas. Je pensais simplement suivre une enquête sur une disparition, avec de la pluie en fond pour une atmosphère automnale un peu lugubre. Que nenni ! Oui, il pleut, beaucoup, beaucoup, beaucoup. Mais c’est une Finlande à la limite de l’Apocalypse que nous dépeint l’auteur et celui-ci nous dépeint même un monde totalement ravagé. Il y a des milliers de réfugiés climatiques venant du Sud, Helsinki s’appauvrit, tout le monde veut partir vers le Nord en espérant avoir une vie meilleure. Ce n’est pas seulement une vilaine drache en fond sonore, c’est un monde ravagé avec un environnement détruit que l’auteur nous décrit. Ce n’est pas forcément nouveau mais très angoissant puisque Antti Tuomainen ne date pas son roman. Ça peut se passer dans 20 ans, dans 75 ans, comme ça peut se passer à notre époque. Et le fait qu’il n’y ait aucune date rend encore plus facile le fait d’imaginer que cela se passe maintenant, en 2015. C’est très très angoissant et ça nous fait poser un tas de questions sur notre comportement. Le thriller étant lent, cette atmosphère aide beaucoup pour ajouter quelque chose d’oppressant au livre. J’avoue d’ailleurs que c’est pour moi le point le plus angoissant.

L’enquête en elle-même n’est pas compliqué, n’avance pas très vite et n’est pas fouillée je trouve. C’est finalement une intrigue assez bateau, malheureusement. La femme de Tapani n’a pas de véritable secret inavouable et l’auteur ne met pas vraiment de bâton dans les roues de ses personnages histoire de corser un peu son livre. Cependant, je n’ai non plus tout deviné depuis le début et j’ai aimé découvrir cette histoire. Oui, c’est plutôt simple mais on veut toujours aller plus loin en espérant, dans un premier temps, découvrir une révélation inattendue ou un secret trop bien gardé qui referait surface. Bon, ce n’est pas vraiment ce qu’il se passe et les secrets de la femme de Tapani ne sont pas dingues. Toutefois, on ne peut pas non plus deviner ce que cette femme a essayé de cacher et on a envie d’en savoir plus. Mais j’ai trouvé que ce n’était pas assez poussé et que l’on avait fait beaucoup de bruit pour rien en ce qui concerne ce si « lourd » secret.  Parlons maintenant un peu du dénouement, que j’ai trouvé brouillon. On avance de révélations en révélations mais plus on apprend des choses et plus je perdais le fil. Je n’ai pas rien compris au livre mais je trouvais que ça restait très flou, et je ne pense pas, d’ailleurs, que l’on a toutes les réponses à nos questions. Le roman a au moins l’avantage d’avoir su me berner. M’attendant à quelque chose de vraiment affreux j’imaginais tout sauf ce qui est arrivé.

Le véritable point fort de La dernière pluie et la véritable raison qui m’a fait aimer ce roman est l’atmosphère et cet environnement déglingué et imprévisible. C’est ça qui m’a véritablement foutu les jetons parce que la seule chose qui me revenait en tête était « et si mon monde devenait comme ça ? ». La partie thriller ne m’a pas véritablement touchée. J’ai passé un bon moment, c’est une lecture assez sympa si vous voulez un roman pas trop long à lire pour la période d’Halloween mais ce n’est pas LE roman. Je ne pense pas me tourner vers un autre livre d’Antti Tuomainen un jour mais j’ai été heureuse d’avoir eu l’occasion de découvrir son travail.

Note : 12/20

Partenariat

PS : Cette histoire de climat dans le roman m’a vraiment travaillé, je profite donc de ma chronique pour laisser le lien de la vidéo du Golden Moustache pour parler de la COP21, vidéo à la fin de laquelle il y a une pétition mise en place par Nicolas Hulot.

 

Partagez !

Laisser un commentaire