La route de Woodbury

couv23692822Titre V.O : The road of Woodbury

Edition : Le livre de poche

Prix : 8€10

Pages : 318

Quand l’invasion zombie a dressé les vivants contre les morts, Lilly Caul a fui la banlieue d’Atlanta. D’abris de fortune en campements improvisés, elle essaie à présent de survivre. Mais les zombies sont de plus en plus nombreux, et leur appétit pour la chair est sans limites. Terrorisée, Lilly trouve refuge dans une ville fortifiée connue sous le nom de Woodbury. De prime abord, c’est un parfait havre de paix : les habitants troquent de la nourriture contre des services, les barricades sont solides et le mystérieux leader qu’on appelle Philip Blake veille sur les citoyens. Pourtant, Lilly commence à douter : Blake veut qu’on l’appelle le Gouverneur, et ses idées sur la loi et la justice sont … déviantes. Avec une bande de rebelles, elle ouvre la boite de Pandore et défie le Gouverneur. La route de Woodbury se transforme alors en autoroute pour l’enfer.

J’ai mis du temps, mais je me suis enfin décidée à lire la suite de cette saga que pourtant j’adore. Je suis une immense fan de Walking Dead et je fais partie de ces rares personnes qui aiment le Gouverneur aussi (ouiii, oui !). J’aime donc énormément les romans car ils sont centrés sur celui-ci et nous permet de connaître son évolution dans cet univers de zombies. Comme pour le tome précédent, j’étais à fond dans ma lecture, même si on suit cette intrigue non pas avec le Gouverneur mais avec une certaine Lilly. C’est quelque chose qui m’a énormément déçue dans un premier temps car Philip Blake a pris un temps fou à pointer le bout de son nez, mais il faut reconnaître que le suivre sous un point de vue extérieur est plus intéressant car sa perversité et sa cruauté ressortent plus aux yeux du lecteur. De plus, on ne reste pas centré sur Lilly et le point de vue général reste assez large, ce qui nous permet de savoir avant les personnages les plans du Gouverneur et cela accentue son côté malsain.

En ce qui concerne l’intrigue, la tension est constante et on sent qu’aucun personnage n’est à l’abri. Même si l’intrigue général des Walking Dead est ici mise de côté, l’atmosphère est très bien retranscrite. En plus d’un Gouverneur psychotique, la menace des rôdeurs ne cesse de planer au-dessus des personnages et ceux-ci nous permettent de suivre de très chouettes scènes d’action. Cependant, on peut aussi remarquer que les auteurs se permettent certaines facilités pour ajouter un peu plus d’action et ce n’est vraiment pas discret, malheureusement… En ajouter est totalement bénéfique mais je pense qu’un petit peu plus de subtilité n’aurait fait de mal à personne. J’ai aussi pu remarquer qu’il y avait parfois quelques lenteurs, mais ce n’est pas pour autant que ma lecture en a pâti. En même temps quand il s’agit de l’univers Walking Dead, je ne suis pas très difficile.

Je conseille vraiment ces romans aux amoureux de Walking Dead car ça permet de découvrir un personnage clé du début de la saga, notre cher Philip Blake. Le style des auteurs n’est pas transcendant, on pourrait même dire qu’il est un peu bateau, mais cela ne se ressent pas tellement dans la lecture et on se plonge totalement dedans. J’ai adoré replonger dans l’univers de Walking Dead mais surtout de retrouver le Gouverneur qui est un des grands amours de ma vie (avec Jack Torrance, le Joker, Ghostface et Hannibal… Tout est normal). Toutefois, je n’ai pas très envie d’arriver à la fin de cette saga, du coup je ne pense pas me ruer sur le tome 3 tout de suite.

Note : 16/20

Partagez !

Laisser un commentaire