L’arrêt Des Services Presse : Le Bilan

Bonjour bonjour !

On se retrouve aujourd’hui pour un petit article bla-bla et bilan suite à l’arrêt des services presse, comme dit dans le titre, en fait. Cela fait déjà un petit moment que j’ai fait ce choix et j’avais envie de vous parler, de vous dire comment je me sens par rapport à tout ça. D’ailleurs, suite à un sondage Twitter j’ai vu que vous aviez l’air intéressé alors c’est parti !

13335843_827796333992630_547202147587559761_n

  • Des regrets ? Des difficultés ?

Les débuts ont été dur mais je ne regrette absolument pas ! Pendant quelques jours, voir les autres en recevoir me donnait un pincement au cœur et j’ai eu du mal à cliquer sur « envoyer » quand j’ai prévenu les maisons d’édition partenaires du blog mais ça n’a pas duré bien longtemps quand je me suis retrouvée face à ma pile à lire et que je pouvais sortir n’importe quel livre et le lire aussi longtemps que je le voulais.

  • Mon rythme de lecture

Il a fallu que je me force à être plus cool ! Cela prend du temps mais j’arrive au fur et à mesure à ne plus me stresser pour mes lectures. Bien sûr il faut parfois que je me donne un coup de pied aux fesses quand il s’agit de la fac mais sinon il a fallu que j’apprenne à arrêter de dramatiser. Quand je lisais des partenariats, un livre entre 300 et 400 pages ne devait pas me durer plus de 4 jours, un gros pavés pas plus d’une semaine et demi, parce qu’il fallait que je sois à jour pour mes services presse. En les arrêtant je me suis forcée à lire peu pendant un certain temps pour m’enlever cette pression que je me mettais, comme si ma vie dépendait de mon rythme de lecture. Je me suis soignée, rassurez-vous. Je ne suis plus un telle psychopathe.

  • Mes envies

De ce côté-là, c’est carrément le paradis ! Je ne lis pas plusieurs livres en même temps donc je dois attendre d’avoir fini ma lecture en cours pour commencer autre chose. MAIS je ne suis plus freinée par la pile de services presse qui attend derrière. Il n’y a rien de plus frustrant que de se dire « Après cette lecture, je lis tel livre ! », d’être impatiente pour finalement faire la liste des cinq autres bouquins qui devront passer devant ton envie du moment parce que les maisons d’édition n’attendent pas cent ans. Je peux aussi prendre le temps de donner une chance à de jeunes auteurs qui ont su retenir mon attention et qui me tiennent au courant de leur actualité sans devoir les faire attendre indéfiniment.

Vous l’aurez compris, le fait de ne plus recevoir de livres qui nous intéresse gratuitement pour les chroniquer ça pique au début mais en vérité je suis mieux maintenant. Si je ne veux pas lire, je ne lis pas. Si je ne veux pas traîner sur le blog je ne le fais pas. Je peux me concentrer sur les choses plus concrètes ou reprendre des activités que je laissais de côté. Je ne culpabilise plus de passer ma journée à regarder des séries sans lire une page ou de traîner comme une larve dans mon canapé à me perdre sur YouTube. Je ne vous dis pas de prendre le même chemin que moi mais si les services presse vous pèse réellement, les arrêter n’est pas un si mauvais choix.

 

Partagez !

Laisser un commentaire