Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket

 

couv7111549-horz

couv30953055-horz

Titre V.O : A series of unfortunate events (traduit par Rose-Marie Vassollo)                   Edition :  Nathan (parution en 2014)

Prix : 18€90 (les 5)                 Acheter sur Amazon (1 2 3 4 5)                         Cold Winter/A la conquête des gros pavés

Cher lecteur,…
Si tu viens de prendre ce recueil, un conseil, remets-le en place. Il raconte la triste histoire de trois enfants qui ont toutes les déveines. Ils ont beau être bien élevés, charmants et intelligents, il ne leur arrive que des misères. Ils vont d’une catastrophe à l’autre et collectionnent les pires ennuis. Il est de mon devoir de relater ces tragiques aventures, mais libre à toi, cher lecteur, de remettre ce recueil où tu l’as pris, si tu préfères les histoires gaies.

Avec mes sentiments respectueux, Lemony Snicket.        

Cette série me suit depuis très longtemps et mon Dieu que je l’aime ! Mon cousin ayant les trois premiers tomes, je les empruntais très souvent et je les ai lu et relu un nombre incalculable de fois. J’ai tenté ensuite de lire la suite mais j’ai un peu laissé de côté nos orphelins, pour finalement lire totalement cette série une fois en Terminale. J’ai adoré les 13 tomes la première fois que je les ai lu et je m’étais promis de les relire un jour. Cette envie s’est faite bien plus forte quand j’ai décidé de troquer ma version poche toute morne pour les 5 magnifiques intégrales sorties en 2014. Et je ne sais pas pourquoi mais la période des fêtes de fin d’année était pour moi l’occasion rêvée de les ressortir (peut-être la féerie des intégrales qui sont vraiment divines !).

J’ai décidé de faire un article pour les 5 intégrales car en écrivant mes notes, je me rend compte qu’à part quelques détails, je dis globalement la même chose pour chacun, ce serait donc dommage de faire 5 articles différents qui reprendraient presque exactement les mêmes idées vous ne trouvez pas ?

Pour une saga jeunesse, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est très sombre. Je ne dis pas que les enfants ne doivent lire que des trucs niais, mais j’avoue qu’il y a des choses qui me font vraiment vraiment mal au cœur encore à 20 ans. D’un autre côté c’est une série tellement intéressante et si bien construite que je la fourrerai entre les mains de mes enfants sans hésitations. Et ils devront la relire plus grands. Comme je l’ai dit, c’est une saga bien construite mais aussi pleines de références qu’on ne comprend pas forcément lorsque l’on est plus jeune. Dans un premier temps, l’auteur, en écrivant avec un pseudonyme, a fait de lui-même un personnage à part entière de l’histoire des Baudelaire. Dans les livres, on ne parle pas d’une histoire fictive mais d’une retranscription de faits réels de la part de Lemony Snicket. De ce fait, chaque détails comptent, jusqu’aux notes de l’auteur à la fin de chaque tome qui donnent des indices sur la suite des événements et qui montrent vraiment au lecteur l’implication de l’auteur. En parlant de détails, il y en a aussi plein les illustrations distribuées tout le long des livres, en particulier sur celles se situant à la fin des tomes; elles nous donnent un infime détail sur l’univers du tome suivant et j’adore les regarder très attentivement pour le trouver. De plus, les tomes sont tous plein de références littéraires. Des auteurs jusqu’à leurs personnages, l’auteur s’est amusé à détourner tout cela pour mon plus grand bonheur. Je n’y ai pas vraiment fait attention lors de ma première lecture mais en les relisant ça m’a sauté aux yeux et ça me fait à chaque fois sourire. C’est toujours intelligemment amené, ce n’est jamais là comme un cheveu sur la soupe. Cette série est aussi pleine de cynisme de jeux sur les répétitions, avec un style très ludique et à la fois très mature pour une saga qui se veut jeunesse. D’ailleurs, je l’apprécie plus en la relisant étant plus grande qu’avant. Voir toutes les subtilités du style de l’auteur m’enchante !

Mais dans Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, le fond est aussi intéressant que la forme. Malgré que ce soit une série de 13 tomes, ce qui n’est pas rien, on ne se lasse pas de notre lecture et de toute façon, plus on avance, plus on devient accroc et on ne voit absolument pas passer les tomes. J’aime aussi énormément l’univers et l’atmosphère. L’auteur ne nous situe pas vraiment l’époque et je ne peux m’empêcher d’imaginer un mélange entre notre époque moderne et le début du XXè siècle. Dis comme ça, c’est assez particulier, mais c’est génial, je vous le jure ! Toutefois, pour vous parler de l’intrigue, j’ai décidé de vous détailler un peu plus chaque intégrale, alors c’est parti !

  • L’intégrale n°1 (Tout commence mal…Le laboratoire aux serpentsOuragan sur le lac)

couv7111549

Je connais les tomes de cette intégrale par cœur, les ayant lu presque une bonne centaine de fois. Et pourtant, je ne me lasse toujours pas. Les trois intrigues ont la même construction, ça peut paraître un peu répétitif, mais on s’attache tellement vite aux enfants Baudelaire qu’on ne veut pas les quitter. On veut savoir ce qui va leur arriver, s’ils auront un peu plus de chance, ce n’est pas parce que le début semble un peu simple que l’on n’est pas captivé. On fait leur connaissance mais on fait aussi la connaissance du maléfique comte Olaf, un personnage bien sinistre. Cette première intégrale n’a pas vraiment de détails croustillants, malgré les péripéties des orphelins, et l’on pourrait croire que la série est vouée à se répéter mais au dernier moment, une minuscule parole se glisse et l’intérêt est directement décuplé. Pourquoi dire une telle chose ? Il y a donc plus que les péripéties des trois jeunes orphelins dans cette série ? On voyait déjà l’auteur nous raconter des anecdotes qui titillaient notre curiosité, mais là on a qu’une envie, se jeter sur la suite !

  • L’intégrale n°2 (Cauchemar à la scieriePiège au collège,  Ascenseur pour la peur)

couv56951020

C’est avec une curiosité décuplée que l’on se plonge dans ce livre. On commence à vouloir savoir ce que peut bien être le secret du comte Olaf, savoir pourquoi il est tellement obsédé par les orphelins Baudelaire. On commence à avoir des indices, à avoir des liens entre tout ce qui se passe mais surtout, le schéma répétitif de la première intégrale commence à se casser. Ce n’est pas encore une construction totalement innovante mais on sent que l’auteur se détache de la construction des tomes précédents, pour encore plus de révélations et d’aventure, donc forcément pour notre plus grand plaisir !

  • L’intégrale n°3 (L’arbre aux corbeauxPanique à la cliniqueLa fête féroce)

couv19285806

Malgré le fait que les orphelins Baudelaire vont chaque fois changer de lieu à chaque tome, le schéma initial de l’intrigue est définitivement brisé ici. On sent l’auteur de plus en plus impliqué dans l’histoire de par ses interventions, ça intrigue ! Qu’est-ce qu’il s’est passé pour lui mais surtout, quel est le secret que les orphelins veulent absolument déterrer ? Qu’a bien pu faire le comte Olaf ? Dans quoi est-il impliqué ? Autant de questions que l’on se pose depuis le début. On commence à avoir pas mal de renseignements avec ce livre-ci, malheureusement pour nous ce n’est pas encore suffisant. En effet, on en veut toujours plus. Mais cela donne un gros avantage pour la suite, on ne pense qu’à se ruer dessus.

  • L’intégrale n°4 (La pente glissante, La grotte Gorgone)

couv30953055

Ce quatrième tome est un tome très riche en révélations et en rebondissements. On continue à apprendre plein de choses, à avoir des réponses mais c’est encore peu, on avale donc les pages en espérant en savoir toujours plus jusqu’au moment où il faut passer au tome suivant. De plus, ce tome sort du système manichéen que l’on pouvait retrouver dans les précédents. Les méchants ne l’ont pas toujours été et les gentils ne sont pas des modèles de perfection. Ça fait du bien et donne de bons espoirs pour la suite, sur laquelle on ne peut s’empêcher de se jeter.

  • L’intégrale n°5 (Le pénultième périlLa fin)

couv68233227

Les deux dernier tomes de la saga sont pour moi les meilleurs ! Le dernier peut ne pas faire l’unanimité, en effet, puisque l’on n’aura pas toutes les réponses à nos questions. Néanmoins, ça reste dans la logique des tomes précédents et surtout dans l’idée que Lemony Snicket a mené l’enquête sur les orphelins, sur une période précise de leur vie et n’a pas écrit une fiction; il n’a pas donc accès à toutes les réponses. Je ne vous dit pas si Violette, Klaus et Prunille ont réussi à avoir leur happy end (quoique ce n’est pas compliqué à deviner, l’auteur nous donnant le ton dès le début de sa saga), je vous dis juste que c’est une fin qui me convient. Bien sûr, il y a la frustration de ne pas avoir toutes les réponses à nos questions mais d’un autre côté, ça nous fait réfléchir, nous fait poser des questions. Je trouve que l’intrigue reste très large, que Lemony Snicket a vraiment étendu loin les frontières du mystère derrière lequel les orphelins courent et je pense que tout mettre en lumière aurait fait traîner les choses en longueur.

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est une saga que je chéris énormément et la relire m’a fait un bien fou. C’est une saga jeunesse très sombre mais elle est tellement bien tenue, tellement bien rythmée, tellement bien écrite, que je le conseille vivement et peu importe votre âge.

12247095_1645755329040204_8694202923745222687_n

 

 

 

Partagez !

2 thoughts on “Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket”

  1. Ahhh un série qui m’a suivie aussi pendant très longtemps. Je l’ai fini, il y a 6 ans maintenant et ton article m’a donné envie de les relire ^^ Méchante comme si il n’y avait pas assez de livres dans ma PAL

Laisser un commentaire