La Loi Du Silence d’Anita Terpstra

couv8820780Titre V.O : Anders (Traduit par Emmanuèle Sandron)

Edition : Denoël (Parution le 22 avril 2016)

Prix : 21€50

Pages : 354

Acheter sur Amazon

Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.
Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Pourtant les retrouvailles sont loin d’être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu’il prétend être? Lui qui a toujours été un garçon étrange, au comportement parfois malsain, n’est plus tout à fait le même… Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu’ils préféreraient oublier. Qu’est-il réellement arrivé pendant la colonie de vacances?

J’avais à peine fini de découvrir le résumé pour la première fois que je voulais absolument lire ce roman. J’avais vraiment hâte de voir ce qu’il avait dans le ventre et je remercie infiniment les éditions Denoël pour m’avoir donné la chance de le découvrir parce que je dois vous dire que La loi du silence a été un coup de cœur !

Dès les premières pages du roman j’ai été piégée dans l’histoire. Je ne voulais pas lâcher le roman parce que j’adorais ce que je lisais. Mais il y avait aussi autre chose, comme si je ne pouvais pas en sortir parce que savoir le dénouement de l’intrigue était devenu indispensable. Il n’y a pas énormément d’actions dans ce romans et pourtant, il est plus qu’addictif. L’auteure sait parfaitement comment attiser notre curiosité grâce aux secrets. Au fil des pages elle nous révèle que les personnages ont des choses à cacher, on a envie de savoir quoi mais l’auteure ne crachera pas le morceau avant la fin. Comment résister ? De plus, ce n’est pas une succession d’actions mais il se passe quand même plein de choses. Les comportements étranges de certains ne font qu’attiser un peu plus notre curiosité et il est impossible de comprendre pourquoi jusqu’au dernier moment. J’ai dévoré ce roman avec une rapidité folle parce que je ne pouvais pas ne pas penser à ce qui allait se passer.

La loi du silence c’est l’histoire d’une descente aux enfers qui ne devaient pas avoir lieu. Au lieu de planer sur un nuage comme ça devrait être le cas, les personnages, déjà bien bousillés, se font encore plus martyriser par la vie. On les découvre au fil des épreuves mais aussi au fil des souvenirs d’Iris, la grande sœur, et on se rend compte que cette famille qui pourrait avoir tout pour être heureuse enfouie une certaine noirceur. Les suivre est un plaisir pour les adeptes du genre comme moi. J’ai été plus qu’intrigué par le personnage de Sander. Son comportement étrange après son enlèvement et son comportement d’avant son enlèvement me donnaient envie de le percer à jour, de connaître tout ses mystères. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage d’Iris mais pour une toute autre raison, dans la mesure où je n’étais pas curieuse de la connaître sous tous les angles mais parce que je m’attachais à elle. Elle est très forte, elle sait faire face à ce qu’elle doit vivre mais cette force cache aussi du désespoir et de la peur. C’est un personnage qui pourrait me ressembler car j’ai ce même comportement quand je dois affronter les épreuves qui se mettent en travers de mon chemin. Personne ne sait jamais quand je vais mal car je prend directement la place de pilier pour que les autres puissent souffler. Finalement, le dernier personnage marquant pour moi à été la mère, Alma, mais pour de très mauvaises raisons. Elle se met des œillères, elle ne veut pas comprendre quand ça va mal. C’est très énervant. La première fois on souffle mais plus le livre avance et plus on a envie de la gifler. Très très fort.

C’est aussi un roman angoissant, avec une atmosphère parfois dérangeante. Une fois la dernière page lue, j’ai eu besoin de me poser un peu, de respirer. On comprend quelle sera l’issue de l’histoire à 50 pages de la fin mais ce n’est pas pour autant que tout est gâché car il manque les réponses à toutes les questions que l’auteur a éparpillé tout au long de l’histoire. L’idée de l’auteure pour finir le livre est vraiment bien penser. Le livre dépeint le cauchemar d’une famille et on reste dans cette atmosphère tout du long. J’ai tout particulièrement aimé la dernière phrase. Elle ne termine pas le roman sur une fin ouverte mais on ne peut cependant pas s’empêcher d’imaginer ce qu’il va se passer ensuite. Elle met en route notre imagination : est-ce que les personnages sont enfermés dans un cycle de cauchemar ? On ne le saura jamais mais c’est ce que j’aime avec les livres aussi : parfois la vie des personnages continue après la dernière pages et ça ne tient qu’à nous de leur donner leur happy end ou non.

Je vous recommande plus que chaleureusement ce roman. C’est un thriller psychologique du tonnerre qui promet de passer plus qu’un très bon moment. C’est un roman que je ne vais pas oublier de sitôt et que je vais conseiller partout pendant des années, comme à chaque coup de cœur. Si vous êtes adepte du genre, j’espère que vous le lirez et que vous l’aimerai autant que moi.

Très bon

Partagez !

Laisser un commentaire