Marvin intégrale 1 : Le poinçonneur des Lilas… et d’ailleurs de Vincent Virgine

S1-Marvin_largeEdition : La Bourdonnaye

Prix : 13€ (papier)/4€99 (numérique)

Pages : 161

Acheter sur Amazon

D’un côté, y a Marvin, un jeune gars qui pète un câble, un jour, dans l’métro. Et qui bute un mec parce que ce mec c’est assis sur lui sans s’excuser. La fois de trop, quoi. Genre la goutte d’eau qui fait déborder l’vase. Du coup, ça lui donne des idées. Radicales et extrémistes. Alors ce crime promet d’être le premier d’une longue série.
D’un autre côté, y a Miles. Ex-flic, aujourd’hui alcoolo, dont la femme s’est sauvagement fait assassiner quelques années auparavant. Mais il garde ses entrées dans son ancien commissariat. Et le chef le rappelle, quand le tueur du métro fout le bronx dans Paris.
Au fond, Marvin et Miles se ressemblent. Aussi écorchés vifs l’un que l’autre, aussi névrosés, chacun à sa manière. Difficile de dire lequel des deux est le plus abîmé, est le plus cinglé, lequel traîne les plus sombres secrets. Difficile de prévoir ce que va donner le face à face final. Parce que, ouais, bien sûr qu’il va y avoir un face à face final. Quand Miles aura fini de traquer Marvin.
Un petit conseil : si vous prenez l’métro, bousculez pas Marvin.

J’en attendais tellement de ce premier tome ! Le résumé me donnait très très envie et j’étais hyper contente que les éditions La Bourdonnaye me l’envoie et je les remercie de m’avoir permis de tenter ma chance avec ce livre, malheureusement il s’est avéré qu’il est bien en-dessous de mes attentes…

Commençons par le commencement. On va suivre ici Marvin, qui suite à une impolitesse dans le métro décide de faire justice lui-même et Miles, un flic à la retraite mais pas trop, alcoolique, veuf et qui va se mettre à enquêter sur Marvin. C’est quelque chose qui m’a interpellée et ce changement de narrateurs m’a au début beaucoup plu. Malheureusement, j’ai vite déchanté. Le problème qui s’est très vite posé est qu’il n’y a pas de réel distinction entre Marvin et Miles, si ce n’est que l’un veut tuer des gens et l’autre boit comme un trou. Il y a donc des passages plutôt longs où on lit ce qu’il se passe mais on ne sait absolument pas qui l’on suit… De plus, j’ai eu vraiment du mal à m’attacher aux deux hommes, ce qui ne m’a absolument pas aidé. Je les ai trouvé très (trop) clichés. Enfance compliqué qui rend instable et drame impossible à surmonter qui plonge le personnage dans l’alcool c’est pour moi du vu, vu, vu et revu.

La vrai particularité du livre est le style de l’auteur, sans aucun doutes. On passe de la prose aux vers en un rien de temps, il y a parfois un rythme très saccadé, ça a été une première pour moi. Au début j’adorais ça. Je suis la première à aimer un style décalé et inattendu. Mais au bout d’un moment, j’avoue quand même un très long moment, le style m’a pris la tête. Les passages en vers me semblaient parfois incompréhensibles, je trouvais certains passages brouillons, c’était une vraie catastrophe.

Ce ne fut donc pas une lecture très agréable et je n’ai sincèrement pas du tout envie de me plonger dans la suite qui me fait peur rien que d’y penser. Toutefois, j’aime bien l’idée principale du livre, c’est à dire un homme qui résout les problèmes des incivilités du métro par le meurtre. Même si ça peut rendre sacrément parano. Ce premier tome est un petit ovni je trouve et, encore une fois, je vous conseille de vous faire votre avis comme à chaque fois quand je ne suis pas fan d’un livre (même si mon avis n’est pas le plus encourageant du monde, certes).

Note : 10/20

Partenariat

Partagez !

Laisser un commentaire