Misery de Stephen King

couv74724872Titre V.O : Misery

Edition : Le livre de poche

Prix : 7€20

Pages : 391

Acheter sur Amazon

Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l’a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d’argent, mais l’a aussi étouffé : sa mort l’a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d’Annie Wilkes, l’infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d’avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n’a pas le choix…

 

Ce Stephen King est l’un des plus connus, l’un de ses meilleurs et pourtant j’ai pris un temps fou à le sortir ! Non, je ne vous dirai pas combien de temps axactement, vous allez me taper… Quoiqu’il en soit, mieux vaut tard que jamais et c’est avec un réel plaisir que je me suis plongée dans un nouveau Stephen King. Je ne sais même pas si je dois vraiment vous le préciser mais sait-on jamais, ça a été un vrai coup de cœur !

Première bonne surprise, on entre directement dans le vif du sujet. Je n’avais pas de craintes particulières à ce sujet et, à vrai dire, je n’y pensais même pas. Mais la surprise fut quand même bonne de voir le récit commencer directement chez Annie Wilkes, sans introduction avec une réflexion sur les personnages qui ne serait pas forcément utile. Cette entrée en matière immédiate a pour conséquence que, dès le début, on ne veut pas lâcher le livre. Personnellement, j’ai tout de même pris un certain temps pour un si petite livre mais la minuscule police de mon édition me tuait les yeux et je m’endormais malgré moi sur le livre… C’était bien la première fois que je m’endormais sur un Stephen King tien ! M’enfin, passons et concentrons-nous sur ce récit haletant.

Misery est un roman qui est, il faut l’avouer, plein de sadisme. Annie Wilkes ne manque pas d’imagination pour en faire baver à son auteur favori. Privation, blessures (le mot est faible mais je n’en dis pas plus), rien ne lui échappe et rien n’est épargné à ce pauvre Paul. Et bizarrement, ce n’est pas à celui-ci que je me suis attachée mais bien à notre chère Annie. J’ai été fasciné par la perversité de son esprit (de toute façon, mes personnages favoris sont toujours les méchants) mais j’ai aussi eu de la compassion pour elle. Elle est sacrément dérangée mais est aussi bien seule et il y a des passages où on ne peut vraiment pas la détester et on veut essayer de la comprendre un minimum.  Pour moi, c’est vraiment elle qui tient tout le roman. Ce sont les questions sur ses réactions fassent aux actes de Paul et ses déplacements qui nous laissent tendus. Va-t-elle s’énerver ? Va-t-elle arriver trop vite ? Paul va-t-il mourir de faim ? Mais surtout, va-t-elle le tuer ?

J’avoue tout de même avoir trouvé un petit défaut à ce livre, les passages qui ne parlent pas d’Annie et de Paul (de quoi parlent-ils ? Ça, il faut lire le roman pour le savoir). J’étais tellement passionnée par le sort de Paul et le sadisme de sa geôlière que ces passages là n’arrivaient pas à vraiment m’intéresser et je n’avais qu’une hâte, qu’ils se finissent.

Hormis ce point négatif, Misery est un super roman de Stephen King. L’intrigue est originale, pleine de tension et sadique à souhait, on n’en demande pas plus à un livre de ce genre. C’est un livre abouti qui ne nous conte pas juste une histoire d’horreur mais qui met aussi en avant une réflexion sur le métier d’auteur et jusqu’où l’amour, l’obsession pour une personne peut nous faire aller. En prime, impossible de ne pas repenser à un aspect de la vie de Stephen King dans ce roman avec cette idée d’addiction, du grand King en somme.

Note : 19/20

Partagez !

Laisser un commentaire