Nemesis de Philip Roth

couv25190687Némésis Situé dans les environs de Newark, à l’époque où éclate une terrible épidémie de polio, Némésis décrit avec précision l’impact des circonstances sur nos vies. Pendant l’été 1944, Bucky Cantor, un jeune homme de vingt-trois ans, vigoureux, doté d’un grand sens du devoir, anime et dirige un terrain de jeu. Lanceur de javelot, haltérophile, il a honte de ne pas avoir pris part à la guerre aux côtés de ses contemporains en raison de sa mauvaise vue. Tandis que la maladie provoque des ravages parmi les enfants qui jouent sur le terrain, Roth nous fait sentir chaque parcelle d’émotion que peut susciter une telle calamité : peur, panique, colère, perplexité, souffrance et peine. Des rues de Newark au camp de vacances rudimentaire, haut dans les Poconos, Némésis dépeint avec tendresse le sort réservé aux enfants, le glissement de Cantor dans la tragédie personnelle et les effets terribles que produit une épidémie de polio sur la vie d’une communauté de Newark, étroitement organisée autour de la famille.

 

On ne change pas les bonnes habitudes, ce livre est encore pour la fac ! Heureusement j’en vois bientôt la fin et heureusement j’ai beaucoup aimé ce roman. Cela n’a pas été un coup de coeur mais ce livre est sûrement un des plus touchant que j’ai lu.

Le plus gros point fort de ce roman est l’attachement immédiat pour Bucky. C’est un homme dévoué qui veut toujours faire au mieux non pas pour lui, mais pour les personnes de son entourage. Même si on a parfois envie de le gifler et de le secouer, c’est un personnage émouvant. C’est un aspect mis en valeur grâce à l’écriture de l’auteur. En effet, c’est un roman très simple à lire, écrit de manière fluide, ce qui permet aux émotions de passer clairement.

Le livre est tellement simple à lire que le fait qu’il soit simplement divisé en trois grandes parties ne m’a pas dérangé. De plus, j’étais prise dans l’intrigue et je n’avais pas envie de sortir du livre (puis il y a très peu de passages avec de réelle coupure pour nous permettre de faire une pause). Cependant j’ai tout de même moins accroché à la dernière. Même si toute la nostalgie du personnage principal était présente, je l’ai trouvé moins touchante que les autres. Elle a répondu à certaines de mes questions, elle finit le roman d’une manière tout à fait correct, mais les deux précédentes sont plus captivantes. Ce doit être le seul défaut du livre, avec certaines lourdeurs parfois.

Je suis donc sortie des classiques avec une très bonne lecture. C’est sûrement la meilleure lecture de mon semestre et je vais me renseigner sur la bibliographie de l’auteur pour éventuellement découvrir ses autres oeuvres.

Edition : Folio – Collection : / – Prix : 7€40 – Pages : 266

Note : 17/20

Partagez !

2 thoughts on “Nemesis de Philip Roth”

Laisser un commentaire