Orange is the new black de Piper Kerman

question1Titre V.O : Orange is the new black : My time in a women’s prison

Edition : Pocket

Prix : à venir

Pages : 443

Piper Kerman est une jeune femme comme tant d’autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d’argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l’a rattrapée. Condamnée à quinze mois d’incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal. De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d’esprit. Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c’est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre : pour témoigner au nom de toutes celles qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer.

Après ma chronique de L’obsession de James Dashner, les éditions Pocket m’ont proposé d’autres livres à chroniquer et quand j’ai vu celui-là dans le catalogue j’étais la plus heureuse du monde ! Donc, vous l’aurez compris, un immense merci aux éditions Pocket pour cette proposition car j’ai pu découvrir un des livres qui me faisaient le plus envie dans ma vie haha ! Il faut savoir que j’adore la série qui s’en est inspiré (même si je l’ai boycotté un long moment en pensant que je n’aimerais pas) et je voulais découvrir le récit original. Malheureusement, le grand format coûte un peu cher, du coup je le laissais toujours de côté. Mais ce n’est pas grave, maintenant je l’ai lu et je l’ai d’ailleurs adoré !

J’ai à peine lu une page de ce livre que j’étais déjà à fond. On n’entre pas directement dans le vif du sujet et pourtant on est tout de suite happé par l’histoire et une fois dedans, on n’en bouge plus. La série a ajouté un peu plus d’action et de piquant par rapport au livre mais ça n’empêche pas le lecteur de tourner les pages sans s’en rendre compte et je n’ai sincèrement pas été déçue de ne pas retrouver certaines péripéties de la série. Par contre, le seul petit défaut que j’ai trouvé à ce livre est que certains chapitres sont extrêmement long. Je me suis parfois carrément déconcentrée tellement je trouvais ça long. Du coup, si un passage me plaisait un peu moins, vous pouviez être sûre que je décrochais. Certains étaient même tellement long qu’une fois arrivée au suivant j’étais totalement abasourdie de voir que je ne venais de lire qu’un chapitre et non deux. Je souligne ce point parce que c’est à cause de lui que ce livre n’est pas un coup de coeur (on n’était vraiment pas très loin) et parce que je veux faire une chronique complète, mais sincèrement ce n’est pas quelque chose que je garderai en mémoire par la suite, loin de là.

Contrairement à la série qui se penche sur l’humour et la légèreté, le livre se concentre vraiment sur le côté humain. On se découvre une certaine sympathie pour les co-détenues de Piper et on s’attache même fortement à certaines. Orange is the new black n’est pas seulement le récit de Piper Kerman en prison, vu d’un point de vue optimiste, c’est aussi la rencontre de femmes qui, malgré un milieu de vie assez austère, restent souriantes et s’entraident. Les liens que l’auteur nous dépeint paraissent très fort et donnent à ce livre tout son cachet et nous livre un pèle-mêle d’émotions. L’attachement qu’elles se portent les unes aux autres m’a vraiment touchée et j’ai adoré découvrir le milieu carcérale sous ce point de vue car d’habitude c’est généralement d’une manière triste, avec des personnes qui jouent plus sur le chantage que l’entraide et qui ne pensent généralement qu’à eux-mêmes.

Ce livre a été une de mes meilleures lectures de 2015 ! La série s’est permise énormément de liberté par rapport à celui-ci mais je n’ai pas du tout été déçue de découvrir quelque chose de différent. Ce livre se concentre sur l’humain, c’est un récit à découvrir absolument. Une fois la dernière page tournée je me suis sentie vide et j’étais très triste de quitter cette histoire, vous comprenez donc que je conseille vraiment, vraaaiiiment, de vous jeter sur Orange is the new black. C’est un vrai petit bijou.

Note : 19/20

Partenariat

Partagez !

2 thoughts on “Orange is the new black de Piper Kerman”

  1. Je ne savais pas que la série avait été adaptée d’un livre ! Moi qui adore cette série (même si je viens juste de finir la première saison), je me lancerai sûrement dans le livre !

    1. Oui fonce ! En plus, maintenant qu’il a été réédité chez Pocket c’est vraiment le bon plan, sinon il coûte 21€ 🙁 (et je t’avoue que la couverture du grand format est moins classe que le poche, ce qui compte beaucoup beaucoup bien sûr :D)

Laisser un commentaire