Respire d’Anne-Sophie Brasme

couv57274065Edition : Fayard

Parution : 2001

Prix : 14€

Pages : 180

Acheter sur Amazon

Ce roman est l’histoire d’une fulgurante amitié qui tourne au drame. Charlène, jeune adolescente de 13 ans un peu effacée, entre en classe de cinquième. Dès le premier jour de la rentrée, Sarah, nouvelle dans l’établissement, fait sensation auprès de tous les élèves, séduits par cette fille à la personnalité magnétique. Charlène la regarde avec admiration et haine mélangées. Finalement les deux jeunes filles se lient d’amitié. Une amitié merveilleuse, complice, invulnérable, du moins du point de vue de Charlène pour qui Sarah est la lumière de ses journées. Mais les choses s’enveniment brusquement : après les vacances d’été, Sarah, devenue jeune fille, affiche une soudaine indifférence pour Charlène. Son corps a mûri, désormais elle se maquille… Désespérée, Charlène tente de reconquérir Sarah. Commence alors une relation perverse entre les deux adolescentes : Sarah va exercer un pouvoir quasi sadique sur sa « meilleure amie », Charlène, qui accepte de tout subir : humiliations publiques, reproches incessants, dédain et mépris. Jusqu’au jour où la jeune timorée décide de mettre fin à cette situation étouffante et de passer à l’acte… Et c’est de la prison où elle est incarcérée que Charlène nous raconte cette histoire.

Cela fait un bout de temps que ce livre a refait surface grâce à l’adaptation signée Mélanie Laurent, j’ai donc absolument voulu le lire mais, comme d’habitude, j’ai pris un temps fou à m’y mettre. Je ne pensais plus vraiment à ce livre mais ayant eu une déception et voulant rebondir sur une courte lecture pour remettre la machine en marche, je me suis dis « Tiens, je vais sortir Respire, ça va bientôt faire un an qu’il est là ». J’ai finalement découvert une histoire poignante de laquelle on ne sort indemne.

Ce livre nous met une véritable claque. Dès le début on a envie de prendre Charlène sous son aile, de la protéger de la vie. On a envie de rentrer dans le livre, de la prendre avec nous et que l’histoire se termine, que le pire n’arrive pas, mais en même temps, on veut entendre son récit et on s’embarque dans le roman avec cette fille. Cette histoire est très intense et on se sent finalement aussi impliquée que Charlène. Si je n’avais pas mes cours, les courses et compagnie, j’aurais lu ce livre d’une traite. A part en cas de force majeur, on ne peut le lâcher, c’est impossible. C’est un roman qui m’a rendu folle. C’est aussi un roman qui a fait écho à ma propre histoire, bien qu’elle soit carrément moins dramatique, et je me sentais vraiment impliquée. Je ne pouvais m’empêcher de me dire « et si ce que j’ai vécu avait dépassé les limites, comme dans Respire ? Et si j’avais été à la place de Charlène ? ». C’est un sentiment qui met mal à l’aise mais on ne peut cependant pas décrocher pour autant.

L’auteure n’avait que 17 ans lorsque Respire a été édité et pourtant ce livre est d’une maturité folle. Je ne dis pas qu’on ne peut être mature à 17 ans mais quand j’ai eu cette information j’ai trouvé ça fou. Ce roman est tellement intense, les émotions tellement précises que de savoir Anne-Sophie Brasme si jeune a été l’étonnement le plus complet. Et j’espère sincèrement qu’elle n’a qu’une imagination débordante et que ce roman n’a pas été une manière pour elle d’exorciser ce qu’elle aurait vécu.

Respire est un roman qui ne peut laisser indifférent et que je conseille vivement. C’est une histoire très dur, avec un dénouement vraiment sombre mais c’est un roman qui vaut le coup d’œil. J’ai très vite regardé le film après ma lecture et malgré une mise en place de l’intrigue totalement différente, j’ai tout autant aimé. Je vous conseille vraiment de le lire. Il est vraiment difficile mais il l’est car le style est très bien construit et que suivre directement Charlène, sans narrateur entre elle et nous, rend les choses beaucoup plus intense. Pour les plus intéressés, ce livre est aussi sorti en poche ;).

12247095_1645755329040204_8694202923745222687_n

Partagez !

2 thoughts on “Respire d’Anne-Sophie Brasme”

Laisser un commentaire