ROMAN NOIR – Les Mortes-Eaux d’Andrew Michael Hurley

couv62868385Titre V.O : The Loney (Traduit par Santiago Artozqui)

Edition : Denoël (Parution le 02 mai 2016)

Prix : 21€80

Pages : 393

Acheter sur Amazon

Angleterre, années soixante-dix. Comme tous les ans au moment des vacances de Pâques, la famille Smith part en pèlerinage avec quelques membres de sa paroisse. Ils se rendent dans une vieille bâtisse sinistre en bord de mer, sous la houlette d’un prêtre, le père Wilfred. Les Smith, des gens très pieux, espèrent en venant là obtenir la guérison de leur aîné, Andrew, déficient mental. Andrew, lui, part explorer les environs du sanctuaire avec son jeune frère. Au cours de leurs escapades, ils font la connaissance des villageois, qui ne cachent pas leur hostilité à l’égard des pèlerins et semblent se livrer à d’obscures activités nocturnes, sortes de rites païens censés guérir les malades. Andrew Michael Hurley dresse une galerie de portraits tous aussi étranges et effrayants les uns que les autres, mélangeant de sinistres autochtones et des pèlerins aussi perturbés que perturbants, et signe ici un roman obsédant et ambigu.

Merci beaucoup aux éditions Denoël pour cet envoi ! J’attendais ce roman avec une énorme impatience parce que le résumé m’avait bien accrochée. J’étais encore plus impatiente de me plonger dedans une fois le livre reçu vu la super phrase d’accroche signée Stephen King, « Les Mortes-Eaux n’est pas seulement un bon livre, c’est un grand livre, un roman incontournable ! ». Monsieur King, je ne suis pas du tout d’accord avec vous ! Personnellement je me serais bien passée de ce roman.

Les Mortes-Eaux m’a beaucoup déçue… Tout au long de ma lecture j’ai attendu une action qui n’arrivait jamais. A part vers la fin du roman où on apprenait plus de choses, où ça bougeait un peu plus, je me demandais quand allait arriver LE moment du livre qui le rendrait addictif à souhait. J’avais l’impression qu’il ne se passait jamais rien. Parfois je me disais que ça allait enfin décoller mais l’auteur ajoutait finalement un flash-back qui faisait tout redescendre.

Cependant, si j’ai été jusqu’au bout c’est bien qu’il s’est tout de même passé un petit quelque chose avec ce roman. En effet, j’ai beaucoup aimé suivre les personnages. Ils m’ont fait réagir, que ce soit avec un certain attachement à Andrew ou avec un très grand agacement envers Momon. Ils sont fichés dans leur foi, ce qui les empêche parfois de rester totalement connectés avec la réalité. Ils sont d’une très grande dévotion qui pèse parfois très lourdement sur l’intrigue et qui aide à créer une ambiance à part. En parlant de l’ambiance, c’est le gros point fort du roman. Les descriptions des lieux, l’écriture de l’auteur, amène une tension quasi-permanente sur nos épaules. On a l’impression qu’une créature rôde derrière chaque ombre et qu’elle peut attaquer à tout moment. Au milieu de ces fervents catholiques s’immiscent la superstition des gens du village et tout ce mélange donne une forte connotation surnaturel à tout le roman.

Malheureusement, cette créature n’arrivera jamais, et même ce qui semble être de l’action ne m’a pas particulièrement transcendée. J’ai même été contente d’en voir le bout. Peut-être que je suis passée totalement à côté, c’est possible. Pour tout vous dire, je suis déçue d’avoir été déçue. J’attendais beaucoup de ce livre et ça n’a pas fonctionné. Personnellement, je vous conseille de passer votre chemin. Cependant, il a aussi de très bon avis, alors peut-être ferez-vous partis de cette catégorie de personnes qui ont adoré.

Pas terrible

Partagez !

2 thoughts on “ROMAN NOIR – Les Mortes-Eaux d’Andrew Michael Hurley”

Laisser un commentaire