Rouge Sibérie de Sam Eastland

9782266245043WEBTitre V.O : Siberian Red (traduit par David Fauquemberg)

Edition : Pocket (parution le 12 novembre 2015)

Prix : 7€30

Pages : 359

Acheter sur Amazon

Partenariat

Septembre 1939. Alors que les combats font rage en Pologne, l’obsession de Staline pour le trésor disparu de Nicolas II est ravivée quand un indicateur prétend savoir où est l’homme auquel le tsar avait confié la mission de dissimuler son or. Hélas, le précieux témoin est retrouvé poignardé au goulag de Borodok. Staline le sait : seul Pekkala, l’inspecteur qui fut son pire ennemi et le favori du tsar, pourra démasquer le meurtrier. Infiltré secrètement à l’endroit même où il avait été emprisonné de nombreuses années auparavant, « l’Oeil d’Emeraude » va devoir affronter son passé s’il veut sortir de l’enfer du goulag…

Je vous avoue avoir eu très peur de me lancer dans ce bouquin. Je sortais d’une énorme déception, elle aussi un thriller. D’un autre côté, ma curiosité a été sacrément piquée grâce au contexte historique. J’ai déjà eu l’occasion de lire des livres se passant durant la Seconde Guerre Mondiale, avec Hitler et ses copains, mais je n’avais jamais lu un thriller qui se passait en URSS, avec notre doux Staline aux commandes. J’ai donc soufflé un grand coup et j’ai plongé. Et une fois de plus, grâce à Pocket et notre partenariat j’ai découvert un auteur que je garde en mémoire et une super histoire ! Encore un énorme merci à vous, je ne le répéterai jamais assez !

Je ne m’attendais pas à une intrigue construite de la sorte, c’est à dire quelque chose qui ne se base pas sur les meurtres et la résolution de l’enquête. Je pensais que l’enquête de Pekkala allait prendre plus de place. Si dans un premier temps cela m’a extrêmement surprise et m’a fait peur j’ai finalement su apprécier ce que je lisais parce que le contexte historique est très très très intéressant et que l’action et les rebondissements ne manquent pas. Pour moi, ce livre se tourne plus vers l’action/aventure que le véritable thriller mais ça ne l’empêche pas d’être un très bon roman.

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai énormément aimé le contexte historique qui est pour moi le point le plus fort du livre. C’est grâce à cela que la tension est permanente. L’époque de Staline est une époque de peur et de corruption, ce qui se ressent énormément. On ne sait jamais vraiment à quel personnage se fier parce que la liberté n’existe pas à l’époque du livre (la vraie, la pure liberté !). Staline guette dans l’ombre, c’est une menace permanente qui plane sur toute l’histoire mais c’est surtout quelque chose de bien concret pour le lecteur puisqu’il a sa place dans le roman. Il change d’avis, il donne sa confiance et la reprend, il s’énerve… On ne peut pas être tranquille un seul instant à cause de lui. De plus, ce n’est pas la seule menace, pour être sûre que personne ne paraisse digne de confiance, même pour nous. Il y a aussi l’ambiance du goulag qui pèse énormément. Les conditions de vie y sont rudes, les gardes et le directeur ne sont pas tendres et c’est dans ce lieu froid et hostile que nous restons la plupart du temps. Impossible de savoir qui veut du bien ou mal à notre « Œil d’Emeraude » véritablement. Et c’est parce que les personnages ne peuvent se fier les uns aux autres que l’intrigue bouge énormément, mais aussi et bien sûr, avec les révélations qui arrivent au fur et à mesure. Trahisons, nouvelle aide, Staline, l’avancée de Pikkala, tout joue sur ce roman, ce qui lui donne un très bon rythme. L’intrigue a beau être entrecoupées de flash-backs, il n’y a pas de réel temps morts. Je ne me tourne pas facilement vers les histoires de trésor perdu mais j’ai craqué cette fois-ci et je ne regrette absolument pas !

Malgré tout, ce livre n’a pas été un coup de cœur. Il a manqué quelque chose pour que je reste scotchée par ma lecture mais ça ne m’a pas empêchée de l’aimer. Découvrir un goulag de l’intérieur m’intéressait, être immergée dans le froid sibérien m’a bien plu (à défaut d’avoir froid chez moi… Mais je ne suis pas là pour vous parler de ce que je pense de la météo) et cette course contre la montre pour retrouver un fabuleux trésor a su me captiver. Peut-être que mon coup de cœur serait arrivé si le livre avait été plus détaillé, plus long, peut-être que s’il y avait une enquête plus basée sur un meurtre j’aurais été encore plus transportée (la joie de vivre !), je n’en sais rien. Je peux juste vous dire que ce livre est vraiment bien, qu’il faut le détour, que le personnage de Pekkala m’a bien plus et que je lirai d’autres Sam Eastland sans hésitation. C’est un auteur dont je n’entend pas beaucoup parler et c’est bien dommage car il vaut le détour.

Bon

Partagez !

Laisser un commentaire