Tous les matins du monde de Pascal Quignard

couv41812462« Il poussa la porte qui donnait sur la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l’ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse.

Il se prit de nouveau à pleurer doucement. Ils allèrent jusqu’à la barque. L’ombre de Madame de Sainte Colombe monta dans la barque blanche tandis qu’il en retenait le bord et la maintenait près de la rive. Elle avait retroussé sa robe pour poser le pied sur le plancher humide de la barque. Il se redressa. Les larmes glissaient sur ses joues. Il murmura : – Je ne sais comment dire : Douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids. »

J’ai eu très peur quand une de mes professeurs nous a demandé de lire ce livre. Même si le titre est très poétique il ne m’inspirait pas du tout, ce qu’elle nous en avait dit ne me plaisait pas trop et le résumé trouvé sur Livraddict allait aussi vers le sens de la démotivation. Mais une amie de fac m’ayant dit qu’il étai fabuleux, j’ai laissé tombé mes apprioris et je me suis plongée dedans la tête vidée. Verdict ? Les pire 117 pages de toute ma vie…

De manière totalement objective, le style de l’auteur est fluide et le roman se lit tout seul. Il y a même des passages très beaux qui ont attiré mon attention et que j’ai pris en note. Mais le problème c’est l’intrigue… Dans un premier temps, je pense qu’elle est pas vraiment développée et que 117 pages ce n’est pas assez pour faire quelque chose de bien avec cette histoire. Je trouve que ça va trop vite et parfois même que ça s’enchaîne très mal. Bien sûr, le fait que ça soit si court m’a quand même arrangé vu que je n’ai pas du tout aimé, mais peut-être que mon avis aurait été différent si l’auteur avait pris plus de temps pour poser l’histoire.

Ensuite, le pire de tout, est que j’ai trouvé ce roman atrocement niais. Bien sûr certains passages m’ont ému et je les retiens, mais le reste… Je n’ai pas du tout été fan de ce cri du coeur pour la musique et cet espèce de ton hautain que le personnage principal prend pour en parler. Il m’a énervé pendant les trois quarts du livre.

Je n’ai rien retenu de plus à vrai dire. J’ai lu sans lire, ça a été pour moi une lecture laborieuse et je ne retenterai sûrement pas ma chance avec cet auteur.

Edition : Folio – Collection : / – Prix : 6€20 – Pages : 117

Note : 07/20

Partagez !

Laisser un commentaire