Le tueur sans nom, épisode 01 de Karine Carville

couv32784713Edition : Mots et cris (Parution le 1er avril 2016)

Prix : 0.99€

Pages : / (epub)

Acheter sur Amazon

Des familles entières sont assassinées dans la région parisienne et les flics sont sur les dents. Aucun lien ne semble les relier les unes aux autres, si ce n’est la façon particulière dont le tueur se débarrasse des enfants. Très vite, le lieutenant Karen Spergo soupçonne que l’enfance du psychopathe est liée à ces crimes horribles, mais parviendra-t-elle à lire son histoire dans le sang qu’il laisse derrière lui ?

 

Vous vous souvenez peut-être, j’ai eu la chance cet été de pouvoir lire Le journal de L. du même auteur et j’avais totalement adoré ! Quand j’ai donc vu cette petite chose qui m’attendait dans ma boîte mail, j’ai été plus que ravie de retourner dans l’univers de Karine Carville. Les choses ont fait que je ne me suis pas ruée dessus comme une dingue dès que je l’ai reçu mais une fois que j’ai enfin pu mettre le nez dedans, je n’en suis pas ressortie.

J’ai totalement adoré ce premier épisode ! L’auteur nous emmène en douceur dans son nouvel univers, ce n’est pas un premier épisode où il se passe une infinité d’actions différentes mais la construction fait qu’on est très vite embarqué et qu’on ne veut plus le quitter. En effet, on suit plusieurs points de vue et vous savez, j’adore ça. Mais on ne sait pas réellement quand se passe certaines choses, si tout est à la même époque, ce qui rend ce premier épisode encore plus intrigant. Est-ce que l’on suit l’enfance du tueur, est-ce qu’il a un lien avec le tout début de l’histoire ? Des questions qui ne trouvent pas leur réponse immédiatement mais je suis sûre que ça ne saurait tarder. Et si tout arrivait lors du premier épisode ce ne serait pas absolument pas intéressant pour la suite. L’auteure nous distille aussi beaucoup d’indices tout au long de l’intrigue, ce qui nous permet de deviner certaines choses. Cependant, ce n’est pas un mauvais point. On ne se dit pas que c’est bien dommage d’avoir déjà compris quelque chose au bout de si peu de temps, ça décuple l’envie de lire la suite, on veut savoir les conséquences. Et puis, de toute façon, rien ne nous garantit que nous avions raison, c’est peut-être fait exprès pour mieux nous berner par la suite.

Le personnage que l’on suit le plus, Kat, est aussi très attachante. Elle est à la fois dévouée à son travail, une dure à cuire comme on peut voir dans les thrillers mais en même temps elle a l’air d’être une femme douce et attentive à sa famille, un point que l’on oublie parfois dans ce genre de roman et c’est bien dommage. C’est un vrai plaisir de la suivre et j’ai déjà hâte de la retrouver. J’avais lu juste avant un policier avec comme personnage principal une femme lieutenant totalement clichée et ça m’a fait du bien de voir que là, oui Kat est une dure à cuire et en même temps il le faut bien vu son métier, mais que l’auteure n’a pas oublié aussi que c’est une femme qui a des projets et des envies et de voir qu’elle a préféré créer un personnage qui nous semble vraiment humain et pas une machine de guerre qui arrête tous les méchants de l’histoire.

Cet épisode se termine sur un petit cliffhanger qui ne nous faire dire qu’une chose : « JE VEUX LA SUITE ! ». J’ai vraiment hâte de lire le deuxième épisode et tous les autres et de savoir si ma théorie est bonne. Je vous conseille vraiment de vous y mettre ! Quand j’ai lu Le journal de L. je vous ai baratiné parce qu’il fallait absolument que vous le lisiez (et il le faut toujours, en fait), ça va être la même chose avec Le tueur sans nom. Karine Carville n’est pas une auteure hyper médiatisée comme peuvent l’être Maxime Chattam ou Franck Thilliez et c’est bien dommage parce que vous auriez pu passer à côté d’une perle. Heureusement, je suis là pour vous aider à ne faire cette erreur de l’ignorer. Il ne vous reste plus qu’à vous rueur sur Le tueur sans nom. Maintenant !

Très bon

Partagez !

Laisser un commentaire