Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides

couv9613572Titre V.O :  The Virgin Suicides

Edition :Points

Prix : 6€70

Pages : 254

Dans un quartier résidentiel et huppé de Grosse-Pointe (Michigan), cinq soeurs, des adolescentes entre 13 et 17 ans, se suicident en l’espace d’une année. Cécilia, la plus jeune, ouvre le bal. Les autres l’imiteront un an après. Entre-temps, les gamins du voisinage auront vécu et souffert avec elles… à distance. Ce suicide les aura tant marqués qu’une vingtaine d’années plus tard, alors qu’ils frôlent les quarante ans, ceux-ci mèneront une enquête dans l’espoir un peu fou d’éclaircir toute cette affaire. Ce récit en est le résultat, la reconstitution la plus minutieuse et la plus fidèle possible d’une année pour le moins particulière. Tous les témoins, les animés comme les objets les plus dérisoires, sont donc convoqués.

J’ai vu le film pour la première fois il y a des années, sans savoir qu’il y avait un livre. J’ai connu l’existence de ce roman il y a quelques années et je suis tombée dessus par hasard il y a un an. Je l’avais un peu oublié, voilà pourquoi j’ai pris si longtemps à le lire. Pourtant, j’en avais très envie. Finalement, je me suis retrouvée face à une lecture sympa mais une lecture qui ne casse pas trois pattes à un canard non plus.

Ce que j’ai le plus aimé dans le livre a été la découverte du style, qui est sous forme de compte-rendu. C’est la première fois que je lis un livre de cette façon et ça m’a bien plus. En même temps, ce style laisse beaucoup moins de place aux dialogues, ce qui rend la lecture plus lente et moins dynamique, le gros point faible du roman. Cependant, cela ne le rend pas impersonnel pour autant. Malgré cette distance, on s’attache aux filles. Il y a un mystère qui les entoure en permanence alors que leur portrait nous est dépeint le plus clairement possible, ce qui nous donne envie d’aller vers elles et de les découvrir. En même temps, on sait sur quoi repose l’intrigue, leur suicide à toutes les cinq, et plus leur situation s’aggrave, plus cela devient intéressant et la curiosité qui se dégage de ça rend les choses un peu malsaine.

Ce qui m’a aussi énormément plu est la manière dont les filles sont dépeintes, c’est comme si elles étaient divinisés. Même leurs défauts physiques, comme la crasse en-dessous de leurs pieds, deviennent intéressants et sensuels pour les garçons. Mais j’avoue que c’était parfois un petit peu « too much » pour moi. Mais tout de même, ça rend les filles Lisbon encore plus intéressantes et ces détails donnent vraiment le sens au roman. En effet, si les filles n’étaient que de jolis minettes au destin dramatique, le fait d’avoir le roman sous le point de vue d’un adulte qui, toute sa vie, ne pouvait oublier ces filles seraient vraiment superflus et ça ne tiendrait pas la route.

Le roman a aussi deux gros bémols, le premier concernant sa construction. Il est divisé en cinq chapitres dont deux très très longs et avec très peu de coupures qui nous permettraient de faire des pauses. J’avoue avoir un peu fait traîné cette lecture pour ne pas me retrouver sans lecture avant ma lecture commune, mais en même temps je lisais trente pages et ça me paraissait interminable, ce que je n’aime pas. Heureusement, la fin m’a paru plus intéressante et plus ça allait mal pour les filles, plus j’avais envie de continuer et j’ai eu moins de mal à enchaîner les pages au bout d’un moment, à partir du quatrième chapitre (sur cinq, ce n’est pas terrible non plus). Ce qui m’a particulier agacé aussi est le nombre de parenthèses qu’il y a dans ce roman pour parler de la vie de tel ou tel garçon qui a cotoyé, de près ou de loin, une des filles Lisbon. Quelques lignes de présentation pour mettre le personnage en place et pour qu’il n’arrive pas comme un cheveux sur la soupe n’auraient pas été de trop, mais un pavé pour parler du passé, du présent et du futur de celui-ci… Non merci ! Je ne me plains pas du nombre de pages car le livre reste très court, mais quelques une en moins pour éviter ces longs paragraphes soporifiques n’aurait fait de mal à personne.

Je garde tout de même un bon souvenir de lecture et je suis contente d’avoir enfin découvert ce roman car le film m’intrigue beaucoup. Toutefois, je préfère le film au livre car il s’en dégage beaucoup plus de choses à mes yeux.

Note : 12/20

Partagez !

Laisser un commentaire