EPOUVANTE – Un Bébé Pour Rosemary d’Ira Levin

TITRE V.O : Rosemary’s Baby

ÉDITION : Robert Laffont (pavillon poche)

PRIX : 9€50

PAGES : 357

Un cinq pièces au Bradford, en plein coeur de New York.
Rosemary et son mari Guy ont de la chance. Oh, bien sûr, il y a ces légendes à propos de magie noire : le célèbre sataniste Marcato aurait vécu dans l’immeuble. Mais les voisins de Rosemary sont si gentils ! Ils la couvent comme leur propre fille. Et voilà Rosemary enceinte ! Le jeune couple est aux anges… hélas, ce bien-être se fissure : une femme se jette par la fenêtre. Guy commence à changer. Des rêves horribles assaillent Rosemary.
Elle éprouve bientôt une terreur sourde et grandissante… ces gens étranges qui insistent pour s’occuper d’elle, que veulent-ils ? Rosemary ou son bébé ?

Je pense que vous connaissiez tous plus ou moins ce classique de l’épouvante. Ça fait des années que j’entends parler du film et que je voulais le voir. Le roman est passé entre mes mains avant et je dois dire que c’était une très bonne lecture.

Rosemary’s Baby a vraiment été une surprise totale car je ne pensais pas du tout que le roman était construit de la sorte. Je pensais qu’il y aurait plus de paranormal, de noirceur, que ce serait beaucoup plus explicite mais il n’en est rien. C’est un livre qui commence d’une manière totalement banal. Et dans le fond, c’est un excellent point. En effet, le quotidien de Rosemary est tellement banale que chaque détail sortant de l’ordinaire interpelle. Alors même que Rosemary n’a pas encore de soupçons, nous, lecteurs, entrevoyons un bien triste avenir pour cette jeune femme si attachante.

Malheureusement, ces soupçons quasi permanents n’empêchent pas quelques longueurs, jusqu’au moment où Rosemary se rend enfin compte des choses. Et je me suis plus d’une fois demandé pourquoi ce roman était présenté comme un des romans les plus angoissants. Car même si quelques frissons apparaissent, je dois avouer que je n’ai pas non plus été dérangée par cette lecture. Sur le moment, je me prenais au jeu mais je n’ai jamais réfléchi à l’histoire une fois le livre refermée, je ne devenais ni paranoïaque. Je pensais que j’allais dévorer ce livre en quelques jours mais finalement, je ne ressentais jamais vraiment le besoin de me continuer ma lecture. J’en avais envie, mais je n’ai pas été assez captivée pour vraiment ne penser qu’à ça, ne vouloir que lire ce livre. Je pouvais lire un chapitre voir moins par jour, et ça me semblait bien suffisant.

Mais je dois admettre que j’ai adoré la toute fin. J’ai été totalement surprise sur comment le roman se terminait et j’ai adoré le parti pris par l’auteur, il met un point final à la noirceur qui se dégage des derniers chapitres d’une excellente façon. J’en profite d’ailleurs pour glisser un petit mot sur le film, qui dans l’ensemble ne m’a pas emballée, et qui se finit d’une façon bien trop commune par rapport au livre, ce qui, pour moi, a tout gâché.

Je pense que Rosemary’s Baby est dans l’ensemble un bon livre, mais aussi un classique du genre. J’ai été déçue de ne pas avoir autant peur que ce que tout le monde sous-entendait, mais j’ai aussi été très heureuse de connaître enfin cette histoire dont j’ai tant entendu parler. Je me suis vraiment attachée à Rosemary, mais j’ai aussi aimé me plonger dans cette ambiance propre aux 60’s.

Laisser un commentaire