LETTRES MODERNES : Du Bien Et Du Moins Bien

Bonjour à tous !

Le site Post-bac a ouvert ses portes et je vois certains d’entre vous veulent aller en Lettres modernes. Je me souviens que durant mon année de terminale, quand je n’avais que des flyers et les portes ouvertes pour apprendre à connaître un peu cette filière, je l’idéalisais beaucoup. Je ne fais pas cet article pour vous dire « en fait, les Lettres, c’est nul, faut pas y aller !« . Je fais cet article pour vous poser les pours et les contres de cette filière. Le truc n’est pas de vous décourager et de vous faire changer d’avis mais de vous donner une vue d’ensemble.

De plus, je précise tout de même  qu’il s’agit de mon propre point de vue. Je ne pense pas avoir la science infuse, je ne dis que cela se passe comme tout le monde, je me suis juste dit que ma petite expérience pourrait vous aider à en savoir un peu plus, à vous faire une petite idées des choses qui nous épanouissent vachement en Lettres contre celles qui nous mettent parfois un petit coup au moral à la fin de la journée. Si vous n’êtes pas d’accord je suis bien évidemment ouverte à la discussion, temps que ça reste sympathique. Sur ce, on y va ? On y va !

  • On découvre des livres qu’on n’aurait jamais découvert par nous-même. Que ce soit des classiques ou de la littérature plus contemporaine, tous les ans vous tomberez amoureux d’au moins une œuvre !
  • Devoir étudier certains livres vont parfois les désacraliser et vous allez vous rendre compte que non, ce n’est pas si compliqué de comprendre les œuvres majeures de la littérature française.
  • Avoir en main les clefs d’une œuvre pour pouvoir décortiquer les textes est super intéressant. Quand on a compris le livre et qu’on a toutes les cartes en mains, le commentaire de texte devient presque amusant !
  • On balaie pas mal d’époques différentes durant nos années d’étude, ça permet d’avoir un peu de variété dans nos vies.
  • Vous pouvez passer votre journée au lit à lire et dire « je travaille ! »

  • Tu vois ce livre que tu as acheté en catastrophe parce que tu meurs d’envie de le lire ? Ce premier tome de saga fascinant qui te donne envie de te plonger immédiatement dans la suite ? Dis-leur au-revoir, tu as tes livres de fac à lire avant !
  • Le jugement peut être fort présent. Pas mal de profs dénigrent la littérature du XXIème siècle sous prétexte que tout est à jeter. Oui, même votre auteur favori ! Certains élèves sont aussi atteints de cette même maladie. Peut-être vous sentirez vous bête face à eux mais ce n’est pas vous les idiots de l’histoire.
  • Vous allez adorer livre certains livres, vous aurez hâte de les étudier et puis…  C’est la désillusion parce que votre prof sera monotone et aura le nez sur ses feuilles au lieu d’essayer de vraiment vous transmettre quelque chose.
  • Vous entrerez à la fac en pensant que le lycée est terminé, que les histoire inutiles sont loin derrières vous et puis vous arrivez et c’est un uppercut dans l’estomac parce que si, les gamines qui font des histoires pour rien vont aussi à la fac et vont aussi en Lettres modernes, youpi !
  • Le budget pour la fac est immense. De plus, certains profs ne pensent pas au fait que tu es un petit étudiant fauché alors au lieu de proposer l’édition de poche abordable ils ordonnent d’acheter celle qui coûtent 20€. Et ne parlons des livres de poche minuscules et d’une finesse extrême qui coûtent plus de 15€ (bien sûr l’occasion existe mais quand les délais sont courts, on a parfois pas le temps d’attendre). Et des livres qui ne sont plus édités et dont les prix en occasion grimpent en flèche.

2 commentaires sur “LETTRES MODERNES : Du Bien Et Du Moins Bien”

  1. J’aime bien ton premier pour. Je suis pas tombé amoureux souvent de mes livres du collège ou du lycée. Ca tenait peut-être aussi au fait que je n’étais pas mûr pour les comprendre. Encore que, j’en ai relu certains depuis et je l’ai trouve toujours chiant et incompréhensiblement surcotés.

    Etre capable de comprendre des grandes oeuvres, ça c’est un aspect excitant. Je suis toujours impressionné quand je vois certain analyser des choses que je n’ai pas vu, grâce à plus de recul. J’y arrive peut-être mieux en deuxième lecture mais il me manque toujours je pense les méthodes d’apprentissage pour analyser et surtout de l’organisation, je reste très bordélique et désorganisé dans mes analyses.

    C’est ce bordel qui me freine un peu pour commenter mes lectures et les partager avec les gens dans la vie ou sur un blog. Je comprends que ça deviennent amusant quand c’est plus structuré dans sa tête. ^^

    Pouvoir dire je travaille alors qu’on lit, le kiff absolu. J’aime bien pensé que je travaille sur moi quand je lis. Je me nourris et j’excite mon appétit à apprendre toujours plus. C’est l’activité la moins stérile du monde !

    Ca te prend vraiment beaucoup beaucoup de temps chez toi de lire tout ce que la fac t’oblige à lire ?

    Je pense que je pourrais aussi être blessé d’entendre mes auteurs contemporains dénigrés par des profs, comme s’ils m’attaquaient moi dans mon identité mais beaucoup moins depuis que j’ai diversifié mes amours à de la littérature classique. Je sais que je suis aussi capable d’aimer et comprendre des choses qu’ils aiment. Ca relativise le jugement de ce genre de personnes qui sont parfois caricaturaux dans leurs jugements.

    Les profs monotones, la plaie de ma scolarité au collège, lycée. C’est à cause de ça que j’ai associé trop longtemps la littérature à quelque chose d’ennuyeux. J’ai perdu du temps à découvrir ce qui me plaisait vraiment à cause d’eux. Je me souviens d’une scène surréaliste au lycée où les délégués de classe avait fait remonter les impressions des élèves au prof de français comme quoi ses cours étaient ennuyeux. Il avait tellement une voix monocorde de curée de campagne pendant la messe, c’était aussi fade qu’un putain d’hostie…

    Il existe pas des assos qui mettent en relation les étudiants pour se refiler les bouquins d’une année sur l’autre à des prix abordables. J’imagine que les profs gardent plus ou moins la même liste de livres à étudier. Peut-être que j’imagine mal…

    Acheter un livre obligatoire ou manger autre chose que des pâtes, choix cornélien. >.< La solution viendra peut-être des livres dématérialisés. Les facs pourraient s'organiser pour avoir des prix de gros. Bref, je m’arrête là, je suis pas encore ministre de l'éducation ou autre. ^^

    BON COURAGE pour la suite de ta scolarité ! Et merci pour le retour d'expérience.

    Ah sinon, une simple curiosité. Est-ce que tu as déjà croisé des ges gens plus âgés qui ont souhaité reprendre leurs études des années après. Si oui, est-ce qu'ils s'en sortent plus ou moins difficilement que les étudiants lambdas.

    1. Pour le temps que ça prend, tout dépend des livres choisis par les profs. Quand on a l’intégrale de Don Quichotte à lire ça prend forcément plus de temps que des pièces de Shakespeare ^^ !

      Pour répondre à ta dernière questions, oui j’en ai croisé quelques uns, j’en ai deux dans ma promo cette année d’ailleurs. Une qui se la joue un peu jeune. Elle s’en sort pas trop mal mais je pense pas que ce soit sa priorité et une à fond dedans, qui survole la licence et qui est des plus passionnées ! D’ailleurs, si j’ai bien compris, la deuxième personne dont je te parle et d’abord passée par la prépa littéraire pour te dire !

Laisser un commentaire