Marche ou crève de Stephen King

couv8495925Ainsi Mc Vries définit-il l’horrible marathon auquel il participe ; marcher le plus longtemps possible, sans jamais s’arrêter, en respectant des cadences. Fautes de quoi, les concurrents de cette longue « longue marche » sont abattus d’une balle dans la tête.
Des cent concurrents au départ, il ne restera qu’un seul à l’arrivée qui aura, pour prix de son exploit, la possibilité de posséder tout ce qu’il désire. S’il désire encore quelque chose…

 

Après une dure semaine de partiels, ça m’a fait du bien de retrouver Stephen King et j’ai adoré ça. Retrouver ses intrigues, son style, tout ce qu’il me fallait pour décompresser. J’ai lu ce livre en lecture commune avec Johanna, tout en ne l’étant puisque nous l’avons lu avec un décalage l’une et l’autre ^^.

Pour en revenir à Marche ou crève, j’ai totalement adhéré à ce roman ! Toutefois, Stephen King a déjà écrit des romans bien meilleurs. Mais si des personnes me demandent par où commencer avec cet auteur, je pourrais tout de même citer celui-ci car on retrouve bien le style de Stephen King et son univers, mais ce n’est pas le plus horrible, ce qui peut être bien pour un début.

Quoi qu’il en soit, j’ai totalement accroché au livre, au point de ne pas vraiment en sortir jusqu’à être arrivée à la dernière page. Ici, on retrouve des jeunes d’à peu près 17-18 ans qui se lance dans la Longue Marche. Une fois qu’ils ont commencé à marcher, interdiction de s’arrêter. Comme l’indique le titre, c’est marche ou crève. C’est une intrigue basée sur un concept assez sadique je vous l’accorde, mais un concept qui marche pour le lecteur. On entre directement dans le vif du sujet, ce qui est un très bon point. Stephen King dépeint à la perfection le ressenti physique et émotionnel des personnages, ce qui m’a particulièrement touchée. En effet, plus j’avançais dans ma lecture, moins j’avais envie de marcher. C’était tout juste si je n’étais pas essoufflée en même temps que les personnages et que des ampoules n’apparaissaient pas sur mes pieds. Le genre d’histoire qui m’a donné juste donné envie de me mettre dans un bon bain chaud en me disant « ouf, je ne participe pas à cette horreur ! ». J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour les personnages, c’est ce qui m’a vraiment le plus aider pour entrer dans l’histoire. Je me mettais à leur place et je me demandais même à quel point ils étaient envieux d’avoir autour d’eux des personnes qui peuvent se reposer, s’asseoir quand ils sont fatigués ou tout simplement dormir tranquillement.

Il faut tout de même souligner qu’il n’y a pas que de la souffrance dans ce roman. Les garçons parlent bien évidemment entre eux. Ils se questionnent sur leurs envies, leur façon de voir la vie, mais surtout la fin de cette Longue Marche. Tout le long du roman, l’auteur laisse un suspense sur la fin, nous fait nous poser plein de questions mais malheureusement, la plupart resteront sans réponse… C’est un des points faibles du roman puisqu’au final, on ne comprend pas à quoi tout cela sert. L’autre bémol est qu’il arrive que certains passages soient longs, trop longs. Je pense que Stephen King aurait pu s’en passer, cela n’aurait rien enlever à l’histoire et son « âme ». Mais c’est le petit défaut de King, on n’y changera rien hein…

Quoiqu’il en soit, j’ai été absolument fascinée par cette lecture et ça m’a fait du bien de retrouver Stephen King autrement. Marche ou crève c’est le mixe parfait entre un roman émouvant comme Stephen King sait en faire (La ligne verte par exemple) et son côté sadique et horrifique.

Edition : Le livre de poche – Collection : / – Prix : 7€10 – Pages : 379

Note : 17/20

2 commentaires sur “Marche ou crève de Stephen King”

Laisser un commentaire