Millénium, le tome 01 : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson

couv12951959Titre V.O : Millénium, book 1 : Mänsom hatar kvinnor

Edition : Babel Noir

Prix : 10€

Pages : 706

Acheter sur Amazon

Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier. Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire.

Je pense que vous commencez à le remarquer, je suis une grande adepte du retard et c’est une fois de plus après tout le monde que je découvre une saga, cette fois-ci Millénium. Du moins que je découvre les romans puisque j’avais vu l’adaptation avec Daniel Craig quelques années avant de mettre le nez dans ce livre. J’ai lu ce premier tome pour mon challenge « A la conquête des gros pavés » et cette saga a commencé très fort puisque cette lecture a été un presque coup de cœur. Pour en savoir plus, lisez la suite !

Il a fallu que je m’accroche fermement pour vraiment plonger dans ce premier tome mais mes efforts en ont valu la peine. Je vous avoue que les deux premiers chapitres (hormis le prologue) m’ont totalement perdue… Je ne comprenais pas grand chose, ça commençait mal, et en plus j’avais l’impression qu’ils ne servaient à rien et que l’auteur voulait nous mettre à l’épreuve avant de nous livrer son histoire. Il faut à peu près 180 pages avant d’entrer dans le vif du sujet mais, personnellement, j’ai accroché bien plus vite. Toutefois, les premières pages ont été lues assez lentement alors que le reste du livre a été dévoré. Maintenant que le seul défaut du livre a été abordé, on va passer aux choses sérieuses.

Les hommes qui n’aimaient pas les femmes est un thriller mais pas que ! Ça a été une agréable surprise de voir que l’intrigue a une certaine complexité et que plusieurs sujets s’entremêlent. L’intrigue autour de la famille Vanger prend énormément de place par rapport au reste, il n’y a pas vraiment d’équilibre, mais ce que l’auteur lance au début du roman a aussi sa fin. C’est un premier tome qu’on ne nous quitte pas avec de réelles interrogations, mais on a tout de même envie de se jeter sur la suite une fois qu’il est fini. Pour en revenir à l’intrigue principale, celle de la famille Vanger, elle prend son temps mais ce n’est pas pour autant que l’on s’ennuie. Certains passages peuvent paraître un peu longs mais rien n’est laissé au hasard dans ce livre et tout trouvera sa place et son importance par la suite. Plus le temps passe, plus les réponses arrivent et plus les réponses arrivent, moins on a envie de lâcher notre lecture. L’histoire ne cesse de prendre des tournures inattendues pour notre plus grand plaisir et c’est un dénouement totalement imprévisible qui s’offre à nous. Enfin, pour ma part, il ne l’était pas tellement puisque je me rappelais assez grossièrement du film, et que le dénouement ne m’était pas totalement inconnu. Cependant, la fin du film est différente de celle du livre, j’ai donc eu quelques moments de surprise, pour mon plus grand plaisir !

Au milieu d’intrigues complexes, on retrouve énormément de personnages. Au milieu de tout ce beau monde, il y en a une qui m’a tapé dans l’œil, et si vous connaissez Millénium vous saurez déjà de qui il s’agit, Lisbeth Salander. Ce n’est pas le personnage le plus présent mais elle est extrêmement fascinante. Elle est atypique, forte, très intelligente et elle a une réparti à tomber par terre mais l’auteur nous montre vite que c’est une carapace et on sent parfois qu’elle ne veut que se sociabiliser un peu plus et que quelqu’un prenne soin d’elle de temps en temps, qu’elle puisse lâcher prise en toute confiance. Dès qu’elle a montré le bout de son nez j’ai été intriguée et j’ai voulu en savoir toujours plus sur elle. Toutes nos interrogations ne trouvent pas de réponses puisque Lisbeth est aussi un personnage très fermé, mais j’espère qu’elle sera développée au fur et à mesure de la trilogie et qu’elle n’aura plus aucun secret pour nous. J’ai aussi beaucoup aimé Mickael puisque c’est un homme qui suit ses convictions et qui a l’esprit vif. C’est toujours très intéressant de suivre son cheminement et sa réflexion puisque, même s’il ne dénoue pas toutes les situations, il arrive quand même à appuyer sur le détail qui pourrait tout changer. Lui et Lisbeth forment donc un duo de choc que l’on ne peut qu’adorer suivre.

J’ai hâte de pouvoir prendre le temps pour me plonger dans le second tome. Le résumé est prometteur, très prometteur. Cependant je n’ai pas attendu ce résumé pour avoir envie de lire la suite, dans la mesure où je n’avais juste pas envie de quitter mon duo adoré. Peut-être suis-je la dernière personne sur Terre à avoir découvert les livres Millénium, mais si ce n’est pas le cas (j’espère), je vous conseille GRANDEMENT de vous y mettre. Oui ce premier tome est long à démarrer mais la suite est tellement exquise que vous ne regretterez pas de ne pas avoir abandonné.

Note : 17/20

A la conquête des gros pavés

 

 

Laisser un commentaire