QUAND LA VICTIME DEVIENT BOURREAU – Dompteur d’Anges de Claire Favan

J’ai découvert ce roman grâce à France Loisirs et le résumé m’avait beaucoup intriguée. Je dois tout de même vous avouer, je ne pensais pas que je le lirais si tôt. Mais c’est en tombant par hasard sur un tweet désignant ce roman comme un livre très glauque que j’ai eu envie de me lancer. Je dois dire que la personne ayant dit ça n’avait pas vraiment tort. Amoureux du malsain et des thrillers qui laissent pantois, cet article est pour vous !

On ne choisit pas sa famille. Encore moins celle de son ravisseur…
Condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Max Ender a été jeté en pâture à ses codétenus par ceux-là mêmes censés assurer l’ordre et la discipline au sein de la prison. Lorsqu’il est reconnu innocent et libéré, ce n’est plus le même homme. Il n’a désormais plus qu’une seule idée en tête : se venger de cette société qu’il hait par-dessus tout.
Pour frapper ses bourreaux au coeur, il va enlever leurs enfants et, méthodiquement, au fil des ans, faire de ces petits anges des bêtes féroces avant de les envoyer punir ses tortionnaires à sa place. Tout se déroulera selon ses plans jusqu’à ce qu’une de ses créatures lui échappe et disparaisse dans la nature…

Je dois tout de même avouer avant de vous faire l’éloge de ce roman, que son rythme n’est pas très équilibré. J’ai trouvé la première moitié un peu moins haletante que la seconde. Le plan de Max se mettait en place, on nous expliquait beaucoup ses idées, comment il les appliquait, et je trouvais ça parfois un peu trop long. Hormis cela, je n’ai personnellement pas vraiment trouvé de défauts à ce roman.

J’étais à fond dés le début de l’histoire car le malaise est très vite arrivé. Je n’avais lu que quelques pages que je me sentais déjà très mal. L’auteur ne nous épargne pas et en plus d’avoir des scènes parfois très glauques, très sanglantes, c’est toute une atmosphère malsaine qui reste durant la lecture. C’est une raison qui a fait que je ne quittais jamais ce roman, surtout quand je suis arrivée dans la seconde moitié. L’autrice ne nous laisse jamais vraiment de répit mais c’est finalement pour mieux nous prendre dans ses filets.

Mais Dompteur d’anges ce n’est pas seulement une ambiance, c’est aussi beaucoup de péripéties. Hormis quelques temps morts dans les deux cent premières pages comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. Soit il se passait quelque chose de fou, soit on voyait les conséquences de ce qui s’était passé avant et j’étais à fond, tout le temps. L’autrice nous surprend énormément et quand on pense qu’on a enfin tout découvert, que tout a été dévoilé, il y en a encore. J’ai tout particulièrement aimé le dénouement que j’ai trouvé vraiment glauque, à la hauteur de tout le reste du roman. Je ne m’y attendais pas du tout mais une fois que je l’ai eu sous les yeux je ne me suis qu’une chose, ça ne pouvait que se terminer de cette façon.

Ce qui marque également dans ce roman ce sont les personnages et bien évidemment en premier lieu, celui de Max. J’ai été très touchée par son histoire au début, cette terrible façon de le juger coupable dés le début sans chercher à l’écouter, la dureté de ce qu’il a subit a engendré un immense sentiment de compassion pour lui. Mais plus les pages défilent et plus ce sentiment disparaît pour laisser peu à peu place à la haine, pour ma part. Je me suis beaucoup plus attachés à l’ange ayant décidé de fuir finalement et voir ce personnage que j’aimais tant renier Max m’a peu à peu conduite à le détester, tout comme lui. Peut-être que vous ressentirez totalement l’inverse de ce que j’ai ressenti de votre côté, mais ce dont je suis sûre, c’est que les personnages ne vous laisseront pas indifférents. Car il n’y a pas que Max et son ange perdu, il y en a d’autres et aucun ne m’a laissée de marbre. Que ce soit de l’attachement, de la colère ou encore une envie folle de secouer le personnage dans tous les sens, j’avais toujours une réaction. Aucun de ceux que nous suivons assidûment ne m’a laissée stoïque.

Je dirais donc pour conclure que ce n’est pas quelques longueurs qui doivent vous freiner pour découvrir ce livre. C’est un thriller avec une histoire que j’ai trouvé très originale (du moins je n’en ai encore jamais lu du même genre) et qui est très bien travaillée. J’ai eu le souffle coupé plus d’une fois et j’ai une envie folle de découvrir plus en détail le travail de Claire Favan désormais. De plus, Dompteur d’anges est sorti au format poche, alors je ne sais vraiment pas ce qui vous retient.

Laisser un commentaire