TEMOIGNAGE – Si C’est Un Homme de Primo Levi

couv9794943Titre V.O : Se questo è un uomo

Edition : Pocket

Prix : 6€30

Pages : 314

Acheter sur Amazon

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant.
Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état du malheur. Peu l’on prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.

Je me souviens que ce témoignage m’avait beaucoup marquée la première fois que je l’avais lu. J’ai décidé de le relire il y a un moment déjà, ayant acheté le témoignage d’un des amis de Primo Levi, lui aussi ayant vécu Auschwitz. Je voulais donc remettre mes souvenirs en place, car Pikolo ne me disait plus rien. Relire un tel livre n’est pas bon pour le moral mais il ne faut pas oublier que c’est une lecture nécessaire.

Lors de ma première lecture, je ne me souviens pas avoir été aussi bouleversée que celle-ci. Cette fois je prenais pleinement la mesure des horreurs que je lisais. Je me sentais très mal en lisant et une fois que j’arrêtais ma lecture je me sentais encore plus mal parce que je me souvenais que ce n’était pas qu’un livre, que ça s’était réellement passé. A chaque fois que je faisais une pause je ne pouvais m’empêcher de me demander comment des hommes avaient pu faire subir ça à d’autres hommes. Comment des gens ont pu avoir l’idée d’être aussi cruel avec d’autres hommes ? Comment ils ont pu se dire qu’ils étaient supérieurs à ceux qu’ils étaient en train de massacrer ? J’ai été totalement bouleversée, j’avais l’estomac noué à chaque page. En grandissant j’ai gagné en empathie, alors autant vous dire que cette relecture a été fatale pour mon moral.

Mais au milieu des horreurs, il reste quelque chose de très humain dans ce témoignage. Primo Levi a beau avoir eu l’impression d’être devenu une bête, de vivre comme du bétail, dans sa façon de penser, ses relations aux autres, il restait quelque chose de très humain qui m’a touchée. Si c’est un homme est un témoignage à lire absolument parce que ce n’est pas simplement une description de l’horreur des camps. On ressent qu’on est en train de lire le récit d’un homme et je trouve que Primo Levi a su trouver les mots pour nous faire vivre en même temps que lui ce qu’il s’est passé. Je trouve qu’il n’a pas tellement tenu à nous épargner et que grâce à lui on peut prendre la pleine mesure des événements.

Très bon

Laisser un commentaire