Les yeux du dragon de Stephen King

couv74345927Titre V.O : The eyes of the dragon (Traduit par Evelyne Châtelain)

Edition : Pocket (Parution en 2011)

Prix : 6€30

Pages : 381

Acheter sur Amazon

Choisissez ma lecture !

L’ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain… Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c’est en vue d’accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c’est compter sans une antique maison de poupée, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d’un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie. On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. En écrire un à l’intention de sa fille Naomi était donc pour Stephen King une sorte de retour aux sources.

Depuis janvier je vous fait choisir une de mes lectures et ça y est ! Le premier que vous m’aviez choisi a été lâchement abandonné par mes soins parce que je n’aimais pas du tout aimé mais celui-ci, impossible de le quitter ! Vous avez fait un très bon choix et grâce à vous j’ai enfin sorti ce petit King qui traîne depuis un petit moment déjà à la maison… Mais chut ! Faut pas le dire !

En me lançant dedans, je connaissais déjà toute l’histoire qui gravitait autour du roman, c’est à dire qu’il a été écrit pour l’aîné de la tribut King, Naomi, lorsqu’elle était encore toute jeune. Je savais donc que ce ne serait pas de l’horreur, que ce ne serait pas un roman de fantasy bien sombre ou quelque chose dans le genre. On oscille entre le conte et la fantasy avec un côté jeunesse mais pas trop non plus, c’est pour ça que j’ai beaucoup aimé. On ressent que King a choisi pour cible première une toute jeune fille mais ce n’est pas pour autant qu’il a laissé tomber tout ce qui fait le charme de ses histoires. Du coup, on sent que c’est écrit pour une enfant à cause de certaines tournures mais ça ne m’a pas du tout dérangée. Stephen King se place ici en conteur et c’est d’ailleurs la construction d’un conte que nous retrouvons. On retrouve les petites astuces du conte et le « conteur » nous interpelle. Au lieu d’avoir des ellipses comme dans les contes, l’auteur lui-même nous parle pour nous dire que, bon, on ne va pas tergiverser sur une période qui ne nous intéresse pas et que l’on va faire un petit saut dans le temps. C’est aussi un roman très sombre avec des scènes qui ne parlent pas aux enfants et qui sont parfois un peu dures. C’est un équilibre presque parfait entre les deux. (Rassurez-vous, il n’a pas écrit ce roman quand Naomi avait 8 ans)

Pour parler un peu plus du fond, c’est une histoire qui est pleine de ressource. Le résumé me tentait mais je vous avoue que ce n’est pas le Stephen King qui me faisait le plus envie. Cependant dès les premières pages j’ai été charmée et je me suis plongée à corps perdu. Le rythme se cale sur ce que fait l’auteur d’habitude, c’est à dire qu’il prend le temps de tout nous présenter l’univers et de nous présenter la psychologie des personnages.  Ça nous permet de nous accrocher à certains et d’avoir des frissons en faisant la connaissance d’autres. Mais le fait de prendre le temps de tout nous présenter avant de vraiment entrer dans le vif du sujet n’empêche pas qu’il se passe des choses dés le début du roman, car un royaume ne se construit pas tout seul, bien évidemment, et les personnages ont un parcours que l’on prend plaisir à découvrir. J’ai d’ailleurs particulièrement aimé le personnage de Peter. Il m’a fait pensé à Robb Stark, même si leur histoire n’est pas du tout similaire. J’ai direct pensé à lui car Peter a, comme Robb, une vraie prestance, un vrai charisme et il a un courage à toutes épreuves. De plus sa description physique une fois celui-ci grandi n’est pas pour me déplaire et Robb est vraaaiiiment très agréable à regarder ! Son frère et son père sont très attachants, Flagg nous glace le sang mais restent très intéressant à suivre. Toutefois, Peter est passé au-dessus de tout le monde dans mon cœur et le suivre a été un pur bonheur.

Les yeux du dragon est très différent de ce que fait Stephen King d’habitude mais que vous soyez un lecteur occasionnel de cet auteur ou un fan inconditionnel comme moi, il vaut le détour. Encore une fois, Stephen King m’a eu, et pas qu’un peu. Je n’ai pas eu le coup de cœur pour ce livre, je préfère tout de même quand l’auteur m’empêche de dormir, mais ce n’est pas pour autant que je lui ai trouvé des défauts. C’est un livre que je garde en mémoire à coup sûre et je pense que le mettrai entre les mains de mes enfants, comme un prélude avant de leur faire lire (de gré ou de force) tout le reste de ses œuvres.

Très bon

Laisser un commentaire